par Piero Facchin

Je connaissais déjà Marina Orsini à travers les médias et une partie de son œuvre, mais c’est une toute autre expérience de la côtoyer en entrevue. Elle est d’une générosité authen- tique, volubile et très curieuse de savoir qui se trouve devant et autour d’elle. C’est une Montréalaise de souche, ayant grandi à Ville-Émard où ses parents se sont installés quand ils ont émi- gré au Canada. Son père est arrivé au pays en 1957 en navire via Halifax, comme la plupart des immi- grants européens des années 50. Marina parle de ses parents avec beaucoup d’admi- ration. Elle raconte comment son père est le seul membre de sa famille à être demeuré au Canada, alors que les autres membres de sa famille, qui était également venus en Amérique, sont retournés dans les régions de Rome et des Marches.

Marina Orsini -Sachin & Babi Earrings

Ses préférences mode : « J’encourage les designers québécois : Marie Saint-Pierre, Muse, Christian Chenail, Nadya Toto, ce sont des créateurs extraordinaires.»

Sa plus grande inspiration : « Ma mère a été ma plus grande inspiration. J’admire Les femmes qui sont à la barre d’émissions comme Christiane Charrette, Marie-France Bazzo, Marie-Louise Arsenault, Céline Galipeau. J’admire leur intelligence et leur excellence. Par contre, même un parfait inconnu pourrait m’inspirer. »

Marina aime le style, l’amour des tissus, une belle coupe, ça vient de sa mère. « Mon amoureux, Charles Benoit, est un homme extrêmement élégant et j’ai craqué pour cet homme avec sa chemise blanche. Elle aime les choses raffinées, « on a besoin de beauté dans nos vies. Le beau, la simplicité c’est ce qui compte, l’essence même des choses. »

« Au-delà de l’entrepreneuriat, j’aime les gens, l’amour des gens; tout comme mes parents qui étaient dans le public. »

Lire plus >>