Grèce antique
Hommes et femmes portent le chiton, un immense drap qu’on enroule autour du corps.

Sous l’empire byzantin
Le port du pantalon (une invention barbare) se popularise en Europe. La robe devient un attribut féminin.

1000
Comme l’An 1000, la fin supposée du monde. Par conséquent, on accordait peu d’importance au raffinement des tissus.

1350
Durant la Renaissance, les tissus italiens font fureur. La mode est à la houppelande, un vêtement unisexe très élégant et coloré.

1535
La Renaissance ayant encouragé les échanges commerciaux, les tissus italiens sont toujours aussi populaires. Catherine de Médicis, excellente cavalière, impose le corset et le caleçon aux dames de la cour lors des promenades à cheval.

1558
Début de l’ère élisabéthaine. Les robes sont tellement larges que les femmes passent les portes de côté.
Les Lumières libèrent les femmes, qui affirment leur féminité et montrent leurs bras. La robe à paniers est en vogue.

2 ans (1805 à 1807)
C’est le temps qu’il a fallu au peintre David pour exécuter le tableau Le sacre de Napoléon, où l’Impératrice Joséphine et les soeurs de l’Empereur portent des robes à taille empire.
Alors que George Sand s’habille en homme, la robe à crinoline est le symbole du romantisme.

Fin du XVIIIe siècle
Le faux-cul, ou tournure, est l’accessoire indispensable de toute femme qui se respecte.

16 cm
C’est la circonférence de la taille qu’exhibe la chanteuse française Polaire en 1890. Les femmes s’engoncent dans des corsets qui provoquent des déformations et des évanouissements fréquents.
La compagnie des Ballets russes joue Schéhérazade de Rimski-Korsakov, et le créateur Paul Poiret lance le pantalon harem. Scandale pour la bonne société qui réprouve le port du pantalon pour la gent féminine.

1920
Les femmes portent des robes charleston (courtes avec des franges dans le bas et accessoirisées d’immenses colliers) ou se la jouent garçonne.

1926
Le magazine Vogue compare la petite robe noire de Chanel à une Ford pour son côté pratique, sa beauté, ses formes et sa sobriété.

1926
La théorie de l’ourlet, élaborée par l’économiste George Taylor, avance qu’il y a un lien entre prospérité et longueur des jupes. Lorsque la bourse monte, le vêtement raccourcit.

1947
Création du new-look par Christian Dior. Les robes, plus près du corps, soulignent les formes féminines en les exagérant. La robe de cocktail fait aussi son apparition à cette époque; plus chic que la robe d’après-midi mais moins formelle que la robe du soir, elle ne descend jamais jusqu’à terre.

20 ans
C’est l’âge de Brigitte Bardot lorsqu’elle popularise la petite robe vichy en 1954.

1958
YSL lance les robes à ligne trapèze.

1963
Créée par Mary Quant et les filles de la rue, à Londres, la minijupe fait son apparition.

1965
Alors que la célèbre robe Mondrian d’YSL voit le jour, la mode est au genre hippie avec ses longues robes fleuries aux imprimés Laura Ashley aussi bien à la campagne qu’à la ville.
Le film Barbarella met en scène des lréations futuristes de Paco Rabanne (les fameuses robes en aluminium). Le style futuriste (Pierre Cardin, Courrèges) fait alors concurrence à celui des hippies.

1968
Scandale! YSL présente une longue robe de soirée de mousseline noire transparente.

1970
Tous les styles se côtoient. Sonia Rykiel crée des robes en maille, YSL lance sa collection gitane où les robes vont jusqu’au sol. Les robes en jersey de Zandra Rhodes et les créations punk de Vivienne Westwood se côtoient.

1977
Jean Paul Gaultier met fin à la guerre des sexes en portant le kilt.

1988
Mélanie Griffith joue dans Working Girl. Les robes à mi-genou dotées d’épaulettes sont signe de réussite. On s’arrache les tailleurs de DKNY, Mugler et Versace.

1990
Le minimalisme à la Calvin Klein fait planer un vent de sévérité pendant que les grunges portent des robes fleuries accessoirisées d’une chemise à carreaux.
Elizabeth Hurley porte une création Versace bordée d’épingles à nourrices.

Septembre 2008
Marc Jacobs porte le kilt et la jupe. Décidément, les hommes nous envient notre vestiaire…

Défilés 2009
Les robes s’éclatent. De toutes les longueurs, volume boule ou tailleur, droites, portefeuille, hippie-chic, elles n’ont jamais été aussi présentes sur les podiums que ces dernières saisons.